Demeurer en Christ

03 février 2018 - 480 vues

Il y a beaucoup d'informations erronées sous forme de demi-vérités sur ce que signifie demeurer en Christ. Beaucoup diront que celui qui demeure en Lui n'est pas différent du Christ demeurant en nous que ceci doit être considéré comme des façons différentes de dire la même chose. L'ampleur de cette erreur est démontrée par le manque de la Vie de Christ dans l'Église de notre époque. La différence entre avoir Christ en nous et nous en Christ, est comme relater la différence entre avoir une graine plantée dans notre cœur comme un potentiel qui peut ou non avoir les conditions appropriées pour croître et ce qui active les propriétés de cette graine à devenir un arbre fruitier arrivé à pleine maturité.

Recevoir le Christ dans nos coeurs n'est qu'un commencement à partir duquel nous débutons notre marche vers la ressemblance de Christ.

"C'est pourquoi, rejetant toute souillure et tout excès de malice, recevez avec douceur la Parole qui a été plantée en vous, et qui peut sauver vos âmes." Jacques 1:21

Remarquez d'abord que "recevoir la Parole" (Christ) doit être reçu dans l'humilité et non dans une attitude prétentieuse comme de croire au statut "sauvé" permanent. Il faut savoir qu'il y a aucune garantie que recevoir la graine de la vie éternelle (le Christ intérieur) dans nos cœurs fera quoi que ce soit. Cela dépend de nous. Il suffit de lire Mathieu 13 (la parabole du Semeur) pour obtenir ce que Jésus dit à ce sujet.

1 Ce même jour, Jésus sortit de la maison, et s'assit au bord de la mer. 2 Une grande foule s'étant assemblée auprès de lui, il monta dans une barque, et il s'assit. Toute la foule se tenait sur le rivage. 3 Il leur parla en paraboles sur beaucoup de choses, et il dit : Un semeur sortit pour semer. 4 Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : les oiseaux vinrent, et la mangèrent. 5 Une autre partie tomba dans les endroits pierreux, où elle n'avait pas beaucoup de terre : elle leva aussitôt, parce qu'elle ne trouva pas un sol profond; 6 mais, quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines. 7 Une autre partie tomba parmi les épines : les épines montèrent, et l'étouffèrent. 8 Une autre partie tomba dans la bonne terre : elle donna du fruit, un grain cent, un autre soixante, un autre trente. 9 Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

La différence n'est pas dans la graine mais dans le sol ou elle est semée. Ceux qui pensent que recevoir cette semence en suffit à un statut de salut "permanent" est une erreur. Un coureur qui pense que la course consiste en un seul pas dans la bonne direction ne doit pas s'étonner d'être disqualifié si il demeure qu'au "premier pas". Il y aura en effet des pleurs et des grincements de dents quand la vérité lui sera révélée. Un coureur doit maintenir sa course en vue d'une victoire, rien de moins, bref un effort total est demandé sinon la course entraîne une disqualification.

Une course n'est pas gagnée à la première étape. Il faut de la persévérance et un effort maximum pour gagner une course. Maintenant, beaucoup diront que cela ressemble à un salut par les œuvres. Bien sûr que oui, à ceux qui ont marché dans l'erreur, il suffit d'accepter ce que Christ a fait (ce qu'Il a fait pour toute l'humanité) et cela suffit pour assurer une entrée complète dans le royaume de Dieu. Mais ce schéma ne se trouve nulle part dans la Bible. En fait, tout le contraire en est relaté. Nous devons travailler notre propre salut avec crainte et tremblement. Nous devons nous efforcer d'entrer dans la pleine provision miraculeuse de la grâce afin de gagner le prix d'une stature parfaite en Christ.

"Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent". Philipiens 2:12

Paul lui-même était préoccupé d'être disqualifié de cette course. Ce point d'observation capital demeure une vérité dont nous entendons rarement parler mais tellement vital à considérer.

"Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres." 1 Corinthiens 9:27

Maintenant, quelle est la différence entre Christ qui demeure en nous et nous demeurons en Lui? Le Christ est né en nous pour nous attirer vers Lui. Quand nous cherchons de tout notre être à être connectés à Jésus-Christ et où Il est, nous pouvons alors entrer dans Sa Vie. Mais il faut savoir que cela nous coûtera absolument tout. Le chemin vers ce lieu (Sion) où Jésus demeure est à travers la croix de Christ (la mort) qui anéanti tout ce qui nous garde de Lui. La croix du Christ est l'instrument par lequel tous les obstacles à une vie avec Dieu sont pleinement traités (les scoris du péché). Ils sont amenés à la mort afin qu'un chemin vers la vie puisse s'ouvrir à nous. Sa vie nous appelle d'En Haut à travers la mort loin de la vie du «moi» dans laquelle nous vivons (ou vivions). Ne vous y trompez pas, lorsque nous demeurons en Christ, nous vivons exactement comme sur la terre mais d’une manière surnaturelle qui est sans péché. En sainteté. Le Ciel avec Jésus c’est tout de suite et maintenant.

"Celui qui dit qu'il demeure en Lui doit marcher aussi comme il a marché Lui-même." 1 Jean 2: 6

Exactement comme Il a marché! La même vie qu'Il a vécu nous a été transmise par Sa résurrection. Comment pouvons-nous y arriver?

Ce que vous entendez habituellement au sujet de demeurer en Christ implique deux extrêmes, qui viennent tous les deux du raisonnement de l'esprit charnel (humain) et aucun de ceux-là peuvent accomplir la tâche. Le premier extrême est de croire que vous êtes déjà assis avec Christ dans les cieux en recevant la parole de Dieu dans votre cœur à la régénération ou simplement parce que vous pensez que vous avez ou avez été amené à croire que vous l’êtes. C'est l'approche philosophique du « je crois que je suis, donc je suis » qui trouve son origine dans l'imagination de gens qui essaient d'ajouter de la valeur à ce qu'ils ont lu dans la Bible. Le problème ici est que vous n'avez rien à comparer avec ce que vous expérimentez (ou pas). Une personne qui vit dans les ténèbres peut devenir parfaitement heureuse de rester dans cette obscurité jusqu'au jour ou elle expérimentera Jésus La Lumière. Les personnes endoctrinées interpréteront une vie continue dans les ténèbres comme étant quelque peu différente de la vie qu'elles ont vécue auparavant. Combien de chrétiens vivent dans la pauvreté spirituelle absolue tout en pensant qu'ils sont riches? L'avertissement de Jésus à l'église de Laodicée n'a jamais été aussi pertinent qu'aujourd'hui.

L'autre extrême, bien que beaucoup plus impopulaire (surtout dans l'Occident de la recherche du plaisir), est la quête d'une vie ascétique de discipline, de contemplation et de prière. Bien que cette méthode ait des résultats certains, Dieu ne nous a pas appelés à essayer de monter au ciel par nos propres efforts vers la piété. (Il n'est pas étonnant que ceux qui marche vers cet effort d’ascendance vers Dieu, vivent habituellement sur ou près d'une montagne.) Par conséquent, ceux-ci manquent aussi La "vraie compréhension" de ce que signifie demeurer en Christ. Les rituels et les disciplines ne nous emmènent que très loin. Non, les richesses en Christ sont réservées à ceux qui le cherchent d'un cœur fervent et entier à la fois et qui discernent la valeur du "Christ placée en les autres". Concernant l'amour, il faut savoir que les autres ont autant de valeur que moi et dans ce même Esprit d’unité nous le sommes sinon plus encore. Le Christ chez les autres en tant qu’unité est plus grand que le Christ en moi seul. Avec cette prise de conscience, nous pouvons apprendre à aimer Christ d'une manière unitaire et complète. De cette façon, nous passons d'un «je» à un «nous».

Pour comprendre comment nous pouvons demeurer en Christ, nous devons comprendre pourquoi Christ choisit d'abord de demeurer en nous.

"Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier." 1 Jean 4:19

Jésus vient à nous en nous montrant d'abord Son Propre Amour. Ce qui nous amène à Lui, c'est son amour pour nous ce qui provoque ce besoin de Lui. Il nous prouve Son Amour en demeurant en nous même si parfois nous nous affectionnons «pour les mauvaises choses» (autrement dit, le péché). Nous prouvons notre amour pour Lui en abandonnant TOUTES choses pour que nous puissions revêtir Sa Sainteté ainsi donc vivre devant et avec Lui. Pour Christ demeurer en nous Lui demande aucun effort puisque c'est son amour au travail. Mais rendre cet amour (sur la même échelle de plénitude) nous demandera tout. C'est la chose la plus difficile à atteindre. Quand nous le chercherons de tout notre cœur cependant, nous le trouverons. Nous pouvons porter Jésus avec nous dans toutes sortes de dissipations mais Il est patient et longanime. Jésus portera avec nous le poids de notre marche comme un père ému de compassion pour son fils ou sa fille qui fait des efforts pour avancer vers un lui un peu plus à jour. En revanche pour vivre la communion avec le Dieu vivant, il faut être saint. Nous devons réellement entrer en Christ pour vivre SA sainteté.

Aucun péché ne peut entrer en Sa présence. Nous ne pouvons pas demeurer en Christ et pécher. Pourtant, nous pouvons pécher et porter encore la semence du Christ dans nos coeurs. C'est la différence entre un potentiel et une réalisation de ce potentiel. L'amour du Christ nous attire à la vie éternelle qui demeure en Lui seul. Ça sera le chemin le plus difficile que l'on entreprendra de notre vie. Par ailleurs Jésus nous parle de la «voie étroite» qui mène à la vie comme plusieurs d’entre vous le savez déjà.

Très peu ont cet amour de la Vérité qui est le «Vrai Jésus» et ce besoin de Dieu pour suivre ce chemin qui conduit à une vie cachée avec Dieu. La plupart des chrétiens ne dépassent jamais la première étape n'acceptant que l'échantillon gratuit mais n'allant pas plus loin sur le chemin qui mène à la vie éternelle. La plupart s'arrêtent bien avant de connaître la gloire de Dieu. Le coût est trop élevé pour ces gens-là à moins bien sûr qu'on saisisse qui est Dieu et ce qu'Il de tente de réaliser en nous.

"Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c'est celui qui entend la parole et la comprend; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente." Mathieu 13:23

Le rassemblement fraternel en Christ peut-il nous aider en cette cause? Oui. Tout à fait! En fait, je dirais que pour la plupart des gens (à moins qu'ils aient une capacité inhabituelle de Foi), leur amour et leur besoin de Dieu ne peuvent être réalisés qu'en apprenant à être Un avec les autres dans le Corps de Christ. L'amour pour les frères (qui portent aussi le Christ en eux) va très loin dans l'apprentissage de l'amour de Dieu. Après tout, comment pouvons-nous dire que nous aimons Dieu que nous ne voyons pas si nous ne cultivons pas notre cœur pour aimer les frères que nous voyons? Ceux qui n'ont pas un amour vrai et fervent pour les frères n'aiment pas le Seigneur même s'ils peuvent penser qu'ils le font. Nous, humains, avons une capacité apparemment infinie d'auto-tromperie.

Nous sommes attirés dans l'amour de Dieu. Mais nous devons recevoir cet amour avec humilité, sans penser davantage à nous-mêmes pour cela. N'importe qui peut recevoir de l'amour s'il ouvre son cœur pour cela. Mais donner de l'amour est une chose entièrement différente. Donner de l'amour est quelque chose que nous devons cultiver dans nos relations avec les autres, à moins que nous vivions déjà dans ce lieu d'amour éternel et de paix en Christ.

Imaginez une pieuvre avec au bout de ses tentacules des ventouses nous réunissant en l’unité de Christ vers l'emplacement de sa tête qui est Christ en soi. C'est ce que signifie avoir Christ en nous, être accroché à Son corps afin que nous puissions être continuellement renforci par la vie de Sa Tête. Alors que nous nous rapprochons vers la communion et l'amour le Christ s’expansionne vu notre rapprochement vers Sa Tête. Marchez dans la puissance surnaturelle (la grâce) dans une vie de résurrection. Si nous ne développons pas un amour altruiste pour les autres alors nous savons que nous ne sommes pas vraiment attirés vers un lieu de sainteté en Christ. Nous savons que nous demeurons déjà en Christ lorsque nous aimons Dieu et son peuple avec ferveur d'un cœur pur. Aucun homme ne peut produire cette ferveur de ses propres efforts, oui, cela vient du Seigneur. Nous savons que de nous-mêmes nous ne pouvons rien faire parfaitement. Mais en Lui nous marchons dans sa perfection et sa gloire. Le Christ devient notre perfection de cette manière.

Si nous partons d'un lieu dit où nous demeurons déjà en Christ dans cette unité avec les autres, qui d’ailleurs existe déjà en Lui (dans ce lieu de parfaite stabilité) nous accomplissons aussi le but de Dieu en nous régénérant par Son Esprit.

Si nous pouvons discerner le Corps de Christ (Les frères et sœurs en Jésus), nous demeurons d’or et déjà en Christ. Mais ceux qui ne saisissent pas ce que signifie « demeurer en Christ » ne perçoivent ni le besoin de fraterniser dans le Corps ni leur besoin de Christ lui-même. Dans la mesure où vous ne pouvez pas discerner le Corps il en est tout autant pour l’incapacité de discerner le Christ. Si vous ne pouvez pas discerner Christ alors vous ne pouvez pas discerner son corps non plus.

Partir du Christ en nous à nous en Christ est illustré dans la conversion que Paul expérimente dans le passage biblique relaté dans les chapitres 7 et 8 de la lettre aux «Romains». Nous partons du péché (l’état de péché) qui est encore présent en nous (non plus moi mais le péché en moi) à Christ demeurant pleinement en nous (non plus moi mais Christ en moi). Mais comment expliquer ce processus? C'est la vie immergée en Christ qui retire de nous « l’ancienne vie » (la mort, autrement dit) nous regénérant affectant pour le meilleur ceux qui nous entoure rendant témoignage de Jésus par Son Fruit manifeste en nous devant les autres (La présence concrète de Dieu). Marcher dans l'Esprit c'est marcher dans la 4ème dimension de Dieu qui se résume être un amour surnaturel. Mais pour vivre cet amour, nous devons d'abord abandonner notre ancienne «force de vie» pétrie dans le péché. La portion égoïste de notre être que nous vivions précédemment qui est souvent mal identifiée comme étant le «réel moi» doit être confrontée à la Croix donc la mort. La vie de résurrection nous vient après la mort, la mort précède la vie. Vous vivrez l'ultime régénération, car l'enveloppe qui protège la semence de Christ qui vit en nous brillera en tant que nouvelle vie dans nos cœurs et nos âmes et ce contre nos mauvais désirs charnels.

En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Jean 12:24

Le verset ci-dessus concerne la vie du Christ pour le monde entier mais cela s'applique aussi à la semence de Christ déposée en nos coeurs. De même qu'un grain tombe sur la terre et meurt pour porter «beaucoup de fruit», ainsi la parole de Dieu qui est semée dans nos coeurs peut nous convetir de la mort à la vie, ainsi prendre part à cette même vie qui est contenue (cachée) dans cette graine. Si nous résistons à cette transformation essentielle de la mort à la vie pour vivre en Christ, notre potentiel à vivre la plénitude de Dieu en sera clairement affecté.

À mesure que le grain meurt en nous (et nos désirs charnels aussi), elle apporte la vie; la vie éternelle. En revanche nous avons tort de penser que la semence en nous, bien que Christ demeure en nous (en tant que sainteté potentielle), nous devons protéger cette nouvelle vie en croissance avec minutie car elle représente tous ce que nous avons de plus précieux au monde d’où «La Perle de Grand Prix». Quand nous croyons que c’est par nos propres forces ou oeuvres que dépend notre salut, nous demeurons asservis à nos anciens modes de fonctionnements charnels. Si nous ne mourons pas à nos propres idées et de notre égo (même si celles-ci ont été «christianisées»), la vie contenue dans cette graine restera enfermée en nous donc incapable de croître. Nous resterons stériles et infructueux sans atteindre la sainteté. Nous devons porter un fruit saint qui est parfaitement acceptable pour Dieu. Nous devons laisser tomber nos anciennes vies en se laissant transformer et attirer dans la vie partagée du Corps qui est la vie cachée en Christ à Sion. Il est capital de recevoir le Christ en toute humilité pour éviter d’être religieusement déçu en pensant que nous avons atteint «un sommet» avant que nous l’ayons réellement atteint. Ne soyez pas séduit, Dieu résiste aux orgueilleux.

Donner c'est mieux que de recevoir. Quand nous vivons en Christ nous n’aurons que le goût de tout donner et d’attendre rien en retour comme Christ s’est donné pour tous sans rien attendre. C'est la voie de l'Amour, la Voie Royale, c’est Le Chemin, c’est La Voie de Son Amour parfait. Voilà qui est Dieu.

Paix à tous,
J.F. Morin